Rechercher
  • Sylvie Prigent

"S'aimer soi-même" ça veut dire quoi au juste ?

Mis à jour : 9 avr. 2019

de Liliya Reshetnyak

(Ce texte m'a énormément touchée 🙏, je vous le partage)






C’est pas un peu énervant quand on vous conseille

« il faut vraiment que tu prennes confiance en toi » ?


Ou quand une vous dit « le plus important c’est d’apprendre à t’aimer toi même, et de là tout découle » ? Moi je trouve ça aussi vague qu’inutile. Non pas que ce soit faux, bien au contraire.

Mais dire ça à quelqu’un qui en a désespérément besoin revient au même que de dire à un SDF « écoute, t’as qu’à trouver de l’argent, et tu pourras avoir un logement ».

En plus, la personne qui le dit, pleine d’assurance, à quelqu’un d’autre, en aurait bien besoin elle même (sauf que pour elle c’est parfois pire: elle ne s’en rend même pas compte).

Bref… Pourquoi je dis que c’est vague et inutile de dire ça ? Tout simplement parce que ok, super, je sais qu’il faut que je prenne confiance en moi… mais COMMENT faire ? Où chercher ? Par où commencer ? Quel premier petit pas je peux faire pour commencer à aller vers cette confiance en moi, cet amour de moi même ? Et comment savoir si je m’aime vraiment ? En quoi ça consiste ? Quels sont mes repères, en somme ?

Dans ma compréhension des choses, voilà ce que je mets dans ce concept. Ce n’est ni la vérité absolue, ni un mode d’emploi. Ce sont juste les étapes par lesquelles je suis passée personnellement pour arriver à dire aujourd’hui « oui, même si le chemin n’est pas fini, je m’aime beaucoup plus qu’avant et j’ai envie de prendre soin de mon bien être. »


1) Vivre des moments de joie, qui nous renvoient toujours à d’autres moments heureux. A notre âme d’enfant qui savait rêver.

2) Accepter, même à 2%, le fait que peut être, si je fais un pas, puis peut être un autre, vers une meilleure compréhension de moi-même, alors j’arriverai plus près de ce dont j’ai envie dans la vie.

3) Aller à mon rythme. Autour, il y a tellement de gens qui vont plus vite, qui sont déjà plus loin. Ils sortent souvent des vérités qui leur correspondent, qu’ils ont intégrées sur leur chemin, mais qui ne me parlent pas encore. Ne pas être déçue de moi, et arriver à me dire qu’on commence tous un jour, et puis on est tous différents. Me blâmer ne sert à rien. Et puis si leur état me fait autant d’effet, alors peut être que j’en ai vraiment envie, de faire ce chemin !

4) Me féliciter moi même pour les progrès que j’ai déjà faits. L’attitude que les gens ont envers moi c’est celle que j’ai envers moi même aussi. Si je ne suis pas contente de mes progrès, les autres ne viendront pas me féliciter à ma place. Enfin… certains viendront, et d’ailleurs ne les perdez pas de vue. Souvent ce sont les personnes dans votre vie qui vous voient comme vous êtes et vous aiment exactement pour ça.

5) Avancer. Le seul challenge à se donner réellement, le seul élément à mettre sur sa ToDo Liste quotidienne, c’est « aujourd’hui, faire quelque chose de plus pour avancer vers mes rêves, quelque chose qui me rendra meilleure que la personne que j’étais hier. » Même si c’est juste lire un paragraphe d’un livre.

6) Ecouter ma petite voix intérieure. Elle ne m’a JAMAIS trompée, elle sait exactement ce qui est bon pour moi et me guide toujours vers ça. Apprendre à lui faire confiance au lieu de toujours réfléchir de façon logique en pesant les + et les -.

7) Toutes ces citations que je vois sur facebook qui me plaisent et que je remets sur mon mur… essayer d’en comprendre vraiment le sens. Elles sont de grandes sagesses cachées.

8) Apprendre à me dire (à ce stade là ça devrait déjà être plus facile), petit à petit, que ce que je suis en train de vivre contient une leçon pour me permettre de passer à l’étape d’après.

9) Accepter le fait que si je me sens mal et ne fais rien pour m’en sortir là maintenant, ou pire si avec mon comportement je m’enfonce encore plus, ça veut tout simplement dire que j’ai envie de me sentir mal, j’y trouve du positif pour moi. Souvent, ce positif c’est la croyance que quand je me sens mal, quelqu’un viendra prendre soin de moi et me réconforter. Alors que si je n’ai plus de problèmes les gens vont se désintéresser de moi.

10) Le premier pas pour régler un problème est de le regarder en face tel qu’il est. Souvent, en parler ça aide. Non pas aller se plaindre pour se faire plaindre… Mais parler, avouer le problème, ma faiblesse par rapport à ça. Accepter de me montrer un peu moins forte que ce que j’ai envie de paraître. Vous vous rendrez compte qu’en parlant de vos problèmes dans cet état d’esprit, et avec la volonté de vous en débarrasser pour de bon (cf point 9), vous n’aurez pas besoin d’en reparler 2 fois dans la plupart des cas. Le fait de l’exprimer tel qu’il est, ça l’extrait du système.

11) Apprendre à me dire que ce que je suis en train de vivre n’est rien d’autre que le reflet de mon état intérieur (il faut passer par l’étape 8 avant). Alors à partir de là, quelle est la chose en moi qui a encore besoin de lumière, d’amour, de compréhension ? Poser l’intention de résoudre ça est souvent la seule chose qu’on a besoin de faire. L’état d’esprit change, et le comportement suit automatiquement.

12) Prendre soin de moi. Me respecter jusque dans les moindres détails, ma façon de me faire à manger, le temps que je passe seule, etc. Et quand ça ne va pas, au lieu de faire comme dans le point 9, acquérir le réflexe de faire quelque chose qui me fera me sentir vraiment, vraiment mieux.

13) Prendre soin de mon chez moi. Oui, quoi qu’on en dise, l’état de l’endroit où je vis reflète l’état de mon monde intérieur. Chez moi c’était très rangé la plupart du temps, mais quand je regardais dans les placards, les rangements et tous les endroits qui ne se voient pas à première vue… il y avait beaucoup trop de choses inutiles amassés sans aucun ordre. Parlant ?

14) Prendre soin de mon apparence. Et non, ça ne veut pas dire être superficielle. Quand on s’aime vraiment, quand on a cette confiance en soi dont on parlait au début… on n’a pas un dixième des efforts à faire comparé à quand on cherche à masquer quelque chose. Tout simplement, quand je m’aime, je prends soin de bien me sentir dans ce que je porte, et donc de porter ce avec quoi je me sens bien.

15) Être dans l’instant présent. Bizarre ? Pas tant que ça. Quand je sais que ma valeur en tant qu’être humain n’est pas dans ce que je fais, ni dans ce que j’ai… je peux arrêter de m’inquiéter de comment je vais gérer la prochaine journée, la prochaine réunion, la prochaine conversation, etc… Je sais que ce que j’ai de plus précieux c’est le fait d’être, ici et maintenant. J’en ai assez parlé dans l’article « Leçon donnée par un contraste fou ».

16) Prendre la responsabilité. Si j’ai mal dans une situation, si j’ai de la peine ou de la colère… c’est tellement plus facile de rejeter la responsabilité sur quelqu’un d’autre et dire « il me fait du mal ». Mais tellement plus précieux de regarder au fond de moi, ce que cette douleur m’évoque, ce qu’elle me rappelle… regarder l’émotion que je ressens en face et m’avouer que non, ce n’est pas la première fois que ça m’arrive, alors il est peut être temps de comprendre pourquoi c’est là depuis autant de temps et d’où ça vient. Oui, ça revient à presque la même chose que le point 11, mais avec des nuances.

17) Être humble. Si je m’aime, je n’ai pas besoin de me mettre en avant, de prouver quoi que ce soit, d’avoir raison ou d’être d’apparence la personne la plus forte du monde qui a déjà vaincu toutes ses faiblesses. Être humble, c’est être conscient de sa valeur en tant qu’être, sans avoir besoin d’être parfait.

18) Prendre du recul. S’efforcer à tout regarder avec un peu plus de distance. Que ce soit ce que je fais, ce que je dis, ce que je vis… ou ce que les autres font ou disent. Personne n’a la science infuse, personne n’a jamais à 100% raison ou tort. Ni vous, ni les personnes qui sont pour vous des figures d’autorité, ni ceux que vous aimez le plus, ni ceux avec qui vous avez vécu des moments douloureux. Souvent, non en fait toujours, les gens regardent et jugent la vie des autres en fonction de leurs propres émotions, de leur vécu. Sans chercher à aller plus loin. C’est ce qui détruit l’entente, la confiance, et ce qui est souvent très important pour nous. Alors avant d’agir, attendez un peu. Prenez un peu de distance. Vous n’êtes jamais obligé de prendre des décisions hâtives, faire des choix ou simplement agir en urgence.

19) Prendre du temps pour s’écouter. C’est cette fameuse petite voix. Passer du temps seul, sans interférences extérieures. C’est difficile parfois, on est tellement habitué aujourd’hui à être tout le temps en communication avec le monde entier. Mais si vous coupez tous ces moyens de communication modernes… vous vous rendrez compte simplement que vous êtes déjà connectés, à tout, au monde entier, à tous les êtres. Et d’une façon infiniment plus pure. Et toutes les réponses sont là.

20) Ne jamais, jamais abandonner les rêves, l’espoir, la foi… appelez ça comme vous voulez. Avoir toujours une raison d’aller de l’avant. Être pleinement présent dans l’instant présent oui, et en sachant de quelle façon il vous aide pour construire la vie que vous souhaitez, il en a d’autant plus de valeur.

Bien sûr, ce sont des raccourcis, et bien sûr que ce n’est « pas si simple », et je pense que je serai amenée à encore écrire à ce sujet. Mais personne n’a la recette parfaite de VOTRE bonheur. Personne n’a celle du mien… sauf moi. Et c’est à moi de la trouver, en essayant, me trompant, et réessayant encore. Dernier point… quand vous vous aimez vraiment, VRAIMENT, inconditionnellement… aimer les autres de façon inconditionnelle aussi, sans rien attendre, ça devient une évidence. 

 Liliya Reshetnyak

57 vues

Copyright © 2018 Sylvie Prigent 

 

NB : En aucun cas une séance de soin énergétique ne peut se substituer à la médecine conventionnelle. Elle ne pose pas de diagnostic et à aucun moment la pratique ne recommande un arrêt de suivi médical en cours.

  • Instagram - Gris Cercle
  • Facebook - Gris Cercle

Suivez-moi sur